un Fablab au collège

Définir les espaces de productions au collège

par Christophe Noullez, professeur de technologie du collège Louise Michel (Académie de Créteil)

Depuis la rentrée 2015, le collège Louise Michel s’est lancé dans une expérimentation de la création d’un fabLab dans ces locaux.

Définition

Originaire du MIT, où il apparaît en 2001, le concept de fablab désigne les ateliers numérique, ouverts à toutes et tous, reliés au sein d’un réseau international, qui permettent de prototyper, créer ou produire à l’aide d’outils numériques. Il s’agit d’un lieu d’échanges et de partages de compétences, connaissances et savoirs- faire.

Un fablab pour quoi faire ?

A l’heure du numérique, l’école doit se réinventer pour que les élèves acquièrent centaines des compétences clés du XXIème siècle tel que la collaboration, la créativité, la résolution de problèmes et la pensée informatique.

L’apprenant peut apprendre en tant qu’innovateur, co-construire ces savoirs grâce et avec l’environnement qui l’entoure. Ce type de tiers-lieu peut être une des réponses concrètes pour créer un modèle d’établissement adapté aux défis du XXIème siècle.

Pourquoi mettre en place un fablab dans notre collège ?

Ce projet a été la poursuite d’une dynamique collective autour de l’impression 3D. Étant professeur de technologies, j’ai été sollicité en 2012 pour expérimenter l’usage de cette outil numérique pour le prototypage de solutions techniques. Au bout d’un an, j’ai été convaincu de l’intérêt d’avoir une imprimante 3D mais aussi persuader qu’elle devait être mutualisée avec d’autres matières.

A la rentrée 2013, l’imprimante 3D a été mise au CDI. Cet espace est un lieu où toute la communauté éducative peut y rentrer. La visibilité de l’outil a donné lieu à des échanges et des possibilités de projets interdisciplinaires ou de fabrications d’objets pour équiper sa classe ou sa matière. C’est ainsi qu’en deux ans de mise à disposition de cet outil et d’un accompagnement, huit projets ont pu être menés avec cinq professeurs différents : français, mathématiques, histoire-géographie, Technologie, documentaliste.

Impulser une dynamique

Ce besoin de création présent chez certains professeurs et élèves a impulsé une dynamique d’occuper un espace dédié. Il est important de souligner la coconstruction du lieu avec les usagers. Le projet de tiers-lieux n’est pas seulement un espace mais avant tout une communauté d’utilisateurs qui doivent être acteurs dans la conception et l’aménagement de ce lieu. Nous avons ensemble construit les contours d’un FabLab dans notre établissement.

Quelles démarches entreprendre ?
  • Conscient du coût important de son aménagement, nous avons entrepris la démarche de présenter le projet à la DANE de créteil et au pôle des technologies innovantes pour l’éducation du CD93.
  • Ce projet à caractère innovant a été financé à hauteur de 12 000 euros. Dans le même temps, cet espace devait permettre de promouvoir l’impression 3D et la robotique éducative auprès des écoles primaires et maternelles du réseau.
  • Conscient du manque de moyens des écoles et du coût de ces nouvelles technologies, nous avons présenté ce lieu à notre réseau d’écoles et la mairie nous a suivis à hauteur de 1 600 euros pour l’achat de robotique éducative.
  • Enfin la communauté d’agglomération du grand Paris grand Est a pu financer 2 000 euros dans le cadre d’un partenariat d’utilisation du lieu par des jeunes entreprises locales pour prototyper ou réaliser des objets liés à leurs activités.
L’aménagement de l’espace
  • Le lieu a été aménagé dans une salle de 70 m² présente dans un zone appelée « espace partagée » qui appartient au collège, à la mairie et au CD93. Ce lieu répond parfaitement à ce besoin d’ouverture vers l’extérieur.
    Son aménagement repose sur un principe de 4 pôles d’activités du FabLab au quatre coins de la salle avec des étiquettes accrochées au mur :
  • impression/ conception 3D,
  • robotique et jeux vidéos,
  • découpe laser/ vinyle/ conception 2D
  • et enfin la partie bricolage/ outils à main.
JPEG - 245.8 ko
travailler et qui réfléchir sur la table centrale

Au milieu de la salle, nous avons mis 2 grandes tables avec 10 chaises. Nous l’appelons la table d’idéation.
Ce point central est essentiel pour que le FabLab ne soit pas un lieu de consommation mais plutôt un lieu où l’élève se place comme innovateur avec une réflexion technologique en amont. Il met en forme ces idées à l’aide de ces connaissances et, avec l’aide de la communauté présente, se dirige vers le pôle qui répond à son besoin.

Quelle disponibilité ?

Le lieu est ouvert dans des périodes périscolaires de 16h-19h le lundi, mardi et 14h-16h le mercredi. Une équipe de six professeurs se répartissent l’ouverture avec l’objectif d’avoir 3 professeurs présents à chaque créneau.