Primé dans le cadre d’Appel à Projets Educatifs Innovants

Le collège Epine Guyon à Franconville Apprendre autrement

Le collège Epine Guyon, situé à Franconville dans le Val d’Oise, (95) accueille 500 élèves. Il a été primé en 2017 au titre de l’Appel à Projets Educatifs Innovants du Conseil départemental du Val d’Oise.

« Apprendre autrement », Lauréat de l’APEI 2017

<https://pod.ac-normandie.fr/video/2...>

Au cœur du projet : les élèves et les enseignants

Le projet a pour ambition première de favoriser la réussite de tous les élèves. L’équipe pédagogique a souhaité repenser la fonctionnalité et l’usage de deux espaces du collège afin de mettre en œuvre leur projet.

Valérie Moreau, principale du collège, explique  : “ L’idée est de mettre en ligne les principaux éléments du programme scolaire, de la 6ème à la 3ème, sous forme de vidéos et de petites capsules.”

«  Pour permettre aux élèves de réviser autrement,  sur des supports différents, plus actuels, plus ludiques, plus abordables  »

A l’Epine Guyon le projet s’est concrétisé, d’une part, avec la transformation d’une salle en espace de création de contenus multimédias  : y sont nées une Web Radio et une Web TV.

A l’Epine Guyon le projet s’est concrétisé avec d’une part la transformation d’une salle en espace de création de contenus multimédias : Mise en place d’une Web Radio et une Web TV.

Et d’autre part, la création d’une autre salle connectée : les élèves pourront s’y rendre pour visionner des documents multimédias pour apprendre, réviser, travailler seuls ou en groupes pendant leur temps de présence au collège.

Gagner en autonomie, différencier pour favoriser la réussite

Pour Didier Deternoz, professeur de technologie, pouvoir travailler les cours de manière indépendante, dans l’enceinte du collège, c’est une manière pour les élèves de  gagner en autonomie  dans leur travail. Ils peuvent visionner des tutoriels réalisés par l’équipe pédagogique, selon la nécessité propre à chacun. Ils peuvent travailler en groupe, ou bien tous seuls.

La création des capsules vidéo est le deuxième objectif de ce projet. En effet, les projets de médias scolaires offrent des situations d’acquisition pédagogiques en phase avec les objectifs du Socle Commun des Connaissances  : maîtrise de la langue française, des techniques usuelles de l’information et de la communication, compétences sociales et civiques, autonomie et initiative. De plus, la conception et la réalisation d’un média scolaire nécessite de croiser des approches techniques, juridiques, réglementaires, financières, et organisationnelles qui permettent aux jeunes d’acquérir des compétences bien au-delà des savoirs traditionnels.

Côté enseignants : le projet permet de personnaliser les apprentissages

Du point de vue enseignement, disposer d’une salle modulable et polyvalente, c’est avoir la possibilité de passer d’une posture magistrale, face aux élèves, à des groupes de travail en équipe, et pouvoir simultanément placer des élèves en action dans des espaces individuels pour les inciter à travailler en autonomie. C’est mettre en place une pédagogie différenciée.

Des élèves motivés, heureux d’apprendre et faire savoir qu’ils apprennent

Juliette Corneau, professeur de français, démontre comment la Web radio et la Web TV donnent “envie de faire plein de choses”, et sont un moyen formidable de s’aider entre pairs. Les élèves utilisaient jusque-là leur propre matériel, tellement l’activité de création les motive. Les équiper, c’est aussi structurer l’activité à l’intérieur du collège, la pérenniser. Par ailleurs, participer à la création de médias, c’est une façon de prendre pleine possession de leurs savoirs et de les communiquer.

Une salle connectée, dans laquelle “on se sent libre mais encadrés” et où "on gagne des responsabilités”, avec une activité comme la Web TV, pour apprendre à fabriquer un journal.

Remporter l’adhésion de toute l’équipe pédagogique

Parti d’une idée de trois personnes, le projet, dit Valérie Moreau, principale du collège, a essaimé, et pris toute son envergure : “L’ensemble des équipes a vraiment adhéré au projet et nous avons convaincu l’ensemble des équipes de travailler différemment.”