une salle de classe en lycée

Une classe coopérative, modulable et connectée

Un projet de création d’une filière innovante au sein d’un lycée polyvalent présenté par Cécile Morzadec, professeur d’espagnol au LPO Louis Armand à Eaubonne (95600) dans l’académie de Versailles.

Enjeu : Favoriser le bien-être à l’école par l’aménagement de l’espace et développer la coopération en classe grâce à un mobilier modulable compatible avec les tablettes et à des espaces d’affichage ou d’écriture.

Processus :

Année 2014-2015 : le pré-projet

Janvier 2015

Dans le cadre du nouveau projet d’établissement une réflexion a été menée sur la nécessité d’améliorer le climat scolaire dans les classes de seconde très hétérogènes. Un groupe de travail s’est constitué autour de l’idée d’innovation pédagogique (proposition du chef d’établissement). Trois axes sont rapidement ressortis : la nécessité d’évaluer autrement, d’utiliser le numérique et de mettre en place une ambiance de travail propice aux apprentissages.

Année 2015-2016 : naissance de la « seconde innovante »

Septembre 2015

A la rentrée 2015 une classe de seconde renommée « seconde innovante » a donc été mise en place avec plusieurs spécificités : une salle fixe, une évaluation par compétences, un conseil d’élèves (conseil coopératif de la pédagogie Freinet) et 2 heures d’accompagnement personnalisé repensés (travail à partir d’un plan de travail et entraide entre élèves valorisée).

La question de l’aménagement de la salle s’est rapidement posée : les élèves y passant l’essentiel de leur temps (en dehors de l’EPS et des cours de sciences qui nécessitent des salles de TP), ils ont souhaité s’approprier l’espace en le décorant dans un premier temps. De plus le projet pédagogique étant centré sur la coopération entre élèves il a été nécessaire de rendre celle-ci visible et donc efficace par des affichages : ordre du jour du prochain conseil d’élèves, responsabilités dans la classe, rattrapage des évaluations (principe de l’évaluation positive). Les collègues ont pris l’initiative de mettre la salle en îlots afin de favoriser le travail en groupes et de développer la coopération au sein des îlots.

Janvier 2016

La question des îlots fixes dans la classe a probablement été un des déclencheurs de la réflexion sur l’aménagement de la salle. En effet, certains collègues n’étaient pas à l’aise avec cette configuration ou auraient souhaité pouvoir varier les modes de travail en classe. L’idée a donc émergé d’équiper la salle en mobilier modulable.

La salle 120 de la première classe innovante avant l'aménagement de l'espace (2015-2016)

En parallèle les élèves ont poursuivi leur réflexion autour de la décoration de la salle, l’idée de concevoir une salle ne ressemblant plus du tout à une salle de cours semblait pour eux un enjeu important, à travers ces demandes se dessine en filigrane la vision dégradée que certains élèves ont de l’école. La mode actuelle des classes flexibles avec du mobilier qui n’est pas à la base du mobilier scolaire (fauteuils, tapis etc.) reflète bien ces préoccupations actuelles.

Dans le cadre du conseil d’élèves hebdomadaire les élèves ont donc réfléchi à une autre façon de décorer la classe. Il est à noter que nous n’avons pas su les associer à ce moment-là à une réflexion sur le mobilier scolaire, l’équipe pédagogique n’était pas encore assez avancée dans sa réflexion. Trois thématiques ont alors été retenues par les élèves : la nature, l’eau, l’espace.

A ce moment-là de la réflexion un travail a été mené avec une classe de TCOM et la collègue d’arts appliqués. L’objectif était double : favoriser les échanges entre une classe du lycée général et une classe du lycée professionnel (ce sont deux mondes encore trop cloisonnés dans notre lycée) et donner l’occasion à ces élèves de TCOM de mettre en application concrète leurs compétences. En effet il leur fallait répondre à notre « commande » très précise (un cahier des charges a été réalisé par la collègue d’arts appliqués à partir de nos demandes) afin que celle-ci soit effectivement réalisée dans notre salle, le but était donc de donner du sens à l’enseignement d’arts appliqués. Les élèves de TCOM ont réalisé des planches de style à partir du cahier des charges puis des maquettes. Des élèves de cette classe sont venus en seconde présenter leurs propositions qui ont été débattues en conseil d’élèves et fait l’objet d’un vote. C’est le thème de la nature qui a été retenu car il faisait écho au projet de potager durable mis en place tout au long de cette année scolaire.

JPEG - 181.6 ko
Maquettes pour l’aménagement de la salle 120 (2016)
maquettes réalisées par les élèves de Mme Veigh, professeur d’arts appliqués
Juin 2016

La collègue d’arts appliqués et l’AVS du lycée (anciennement décoratrice) ont pris en main l’aménagement de la salle en respectant le cahier des charges. Une bibliothèque en forme d’arbre a été réalisée par un menuisier sur mesure à partir du modèle imaginé par un élève de TCOM (voir maquette ci-dessus).

En parallèle, les professeurs de l’équipe pédagogique ont poursuivi leur réflexion sur le mobilier scolaire et des chaises modulables ont été commandées. Elles répondaient en effet au souhait de l’équipe de pouvoir varier les configurations (salle en îlots pour le travail de groupes, salle en U pour le conseil d’élèves, emplacements individuels pendant des évaluations). Ces chaises permettent également de poser une tablette numérique de façon horizontale afin de libérer un espace pour écrire.

JPEG - 201.1 ko
Salle 120 à la rentrée 2016
Chaises laissant la possibilité de poser son sac sous la chaise, de poser une tablette numérique grâce au support prévu et de ranger ses stylos grâce au porte-crayon.
JPEG - 197.5 ko
Salle 120 en mode réunion pour le conseil d’élèves en 2016
Les chaises modulables permettent de se mettre en cercle très rapidement et sans nécessité de faire un double cercle dans les classes très nombreuses.

Année 2016-2017

Les élèves issus de la seconde innovante (une classe de première S coopérative a été ouverte) ont découvert à la rentrée une salle entièrement redécorée, les chaises modulables ont été reçues en novembre 2016. La nouvelle cohorte d’élèves de seconde a donc découvert une nouvelle salle non aménagée qui jouxtait la salle « innovante » devenue rapidement vitrine du lycée. Il va de soi qu’ils ont rapidement réclamé de pouvoir aménager leur espace.

Les élèves ont été consultés de différentes manières : un petit groupe d’élèves a proposé des schémas d’aménagement de la salle en retenant l’idée de tables rondes à la place des chaises modulables dont les tablettes pour écrire sont critiquées par certains élèves pour leur étroitesse. Ces propositions ont été présentées et discutées en conseil d’élèves. Afin d’enrichir la réflexion, un diaporama faisant le point sur les réflexions actuelles en termes d’aménagement scolaire a été présenté à la classe.

Les élèves ont également proposé de décorer la classe avec un mur de graffitis reprenant le thème du spectacle de danse qui était en train d’être monté (intitulé « Dans mon quartier c’est le Bronx »). Au-delà de la question du mobilier, l’idée de redécorer la salle a été étroitement liée au cours de ces deux années au projet interdisciplinaire mené avec la classe. Un des axes du projet de classes innovantes était de réconcilier certains élèves avec le lycée et il nous est apparu que le bien-être à l’école passait par l’appropriation voire le détournement de l’espace-classe (détournement dans le sens d’une transformation des codes habituels comme dans le cas de la salle devenue salle-jardin). Pour autant cette volonté de permettre aux élèves de s’approprier leur espace a une limite de taille : au-delà de la première année de l’aménagement, les nouvelles cohortes subissent les choix des cohortes précédentes.

Les collègues de l’équipe pédagogique des classes innovantes ont continué la réflexion amorcée par les élèves au sujet du mobilier scolaire. Les élèves ayant proposé des tables rondes à la place des chaises avec tablettes, les enseignants ont débattu durant leurs heures de concertation sur le mobilier le plus adéquat pour aménager la nouvelle salle. Nous avons hésité entre plusieurs modèles (modèle 4-5-6 de chez un tel, tables à roulettes etc.), un sondage a été fait via l’ENT du lycée afin de trancher et c’est le modèle des chaises avec tablettes qui l’a emporté. En effet l’argument décisif a été le désir de privilégier la continuité dans le choix du mobilier pour donner de la cohérence au projet des classes innovantes.

Juin 2017

La nouvelle salle est repeinte grâce à l’aide précieuse de l’AVS du lycée et à celle des collègues qui n’hésitent pas à prendre sur le temps personnel. Un papier peint mural reprenant l’idée du graffiti réclamé par les élèves est posé. Un mur est peint avec de la peinture pour tableau blanc afin de s’inspirer du projet de classe mutuelle de Vincent Faillet.

JPEG - 199.9 ko
Salle 125 à la rentrée 2017
Papier peint mural reprenant l’idée proposée par les élèves en conseil d’élèves de faire écho au projet danse « Dans mon quartier c’est le Bronx ».
JPEG - 187.1 ko
Mur d’écriture en salle 125 à la rentrée 2017
Mur peint avec de la peinture pour tableau blanc mais peu investi pour l’instant par les élèves et les professeurs.

Année 2017-2018

La peinture pour tableau blanc a montré ses limites, les élèves n’investissent pas les murs car cela les déstabilise et les collègues ne s’approprient pas non plus la possibilité pour les élèves d’écrire sur les murs. Un tableau blanc est recyclé et mis en place dans la salle de la nouvelle cohorte de seconde, cela semble mieux fonctionner notamment dans le cadre de l’AP.

Janvier 2018

Une réflexion est en cours avec la vingtaine de collègues maintenant concernée par la filière innovante. Il est à noter que de plus en plus de collègues investissent la réflexion sur les espaces et d’autre part que les chaises modulables choisies pour les deux salles déjà aménagées sont encore sous le feu des critiques. D’autres pistes sont donc actuellement explorées.

Aménagement concerté

L’aménagement s’est toujours fait en concertation avec les classes concernées lors des conseils d’élèves et avec les collègues enseignant dans ces classes grâce aux réunions de concertation et via l’ENT. La première année il s’est fait en étroite collaboration avec la collègue d’arts appliqués du lycée.

Pour autant cette concertation a rencontré certaines limites : manque de temps, manque de cohérence parfois entre les propositions faites par les élèves et celles faites par les enseignants, manque de connaissances sur la question de l’architecture scolaire.

Coût humain, matériel, financier

Les enseignants et personnels du lycée ont été mis à contribution sur leur temps libre pour peindre les murs, poser le papier peint, monter les meubles…
Le mobilier scolaire a été acheté sur fond propre après un vote en conseil d’administration.

Expériences pédagogiques déjà conduites

  • La réflexion sur les espaces scolaires s’est nourrie de deux préoccupations pédagogiques : favoriser les interactions et la coopération et faciliter l’usage de tablettes numériques (les chaises avec tablettes sont très pratiques pour cela).
  • La modularité des chaises permet des reconfigurations propices à la coopération entre élèves : les élèves peuvent se placer très rapidement en mode réunion pour les conseils d’élèves. Le travail en petits groupes est également facilité. Il est possible d’organiser très rapidement un travail de groupes du type Jigsaw (travail en groupes d’experts avec recombinaison des groupes dans un deuxième temps).
  • La bibliothèque de classe a permis de créer une culture commune de classe avec prêts de livres entre élèves et renforcement de la coopération et de la prise d’initiatives (l’idée de bibliothèque de classe est très présente dans la pédagogie Freinet qui inspire une partie du travail mené dans ces classes). Cependant il semble que la bibliothèque soit sous-utilisée actuellement.
  • Les panneaux d’affichage servent au quotidien à l’organisation coopérative de la classe et au suivi des compétences validées par les élèves (tableaux de compétences avec punaises de couleurs afin que les élèves puissent s’auto-évaluer et puissent identifier les élèves-ressources de la classe pendant l’AP).
JPEG - 189.1 ko
Affichage du suivi des connaissances
Le choix a été fait de n’indiquer que les compétences suffisamment maîtrisées (niveaux confirmé et expert).
JPEG - 229.3 ko
Organisation coopérative de la classe
Chloé met à jour le tableau des responsabilités dans la classe. Sur le panneau apparaissent plusieurs documents et outils : les règles de vie débattues en conseil d’élèves, le planning mensuel des évaluations, les tableaux de compétences, le plan de classe, les règles de rattrapage des évaluations rédigées par deux élèves responsables de l’organisation des rattrapages…

Durant l’année 2016-2017 l’expérimentation de l’application de portfolio multimédia sur les deux classes innovantes (reconduite en 2017-2018 sur les 3 classes) a permis une utilisation beaucoup plus poussée et cohérente du numérique en classe, la combinaison des chaises modulables et de l’outil de portfolio multimédia a permis d’avancer considérablement dans la redéfinition des espaces scolaires (le travail dans et hors la classe est maintenant pensé en continuité directe par exemple, les groupes de travail en classe sont très flexibles…).